Giacometti, Alberto : A propos de Giacometti

Couleur, 13’, 1971
Réalisation : Luc Godevais
Image : Claude Gaudillot
Musique :Thierry et Lionel Magal, Didier Debons
Texte et voix : Francis Ponge
Coproduction : Les Films Armorial, S. Damiani, A.Valio-Cavaglione
Pays : France

Un texte magnifique de Francis Ponge, poétique et analytique à la fois, est à l’origine du film. Deux créateurs, un plasticien et un poète, se rencontrent dans un mimétisme qui met en symbiose le lyrisme rugueux de deux personnalités essentielles du 20ème siècle. Le réalisateur est l’illustrateur, bien en retrait, du génie de l’un et de l’autre. L’image cinéma nous permet de rentrer en gros plan dans le tourment de la matière sculptée ou peinte de Giacometti, mais le cinéaste s’abstient de faire entrer le cinéma dans ce processus de création.

Alberto Giacometti (1901-1966)
Peintre et sculpteur. Il arrive à Paris en 1922, traverse le surréalisme puis, après une longue période de recherches, fait ses statues étirées et filiformes et des peintures presque monochromes, "l’une après l’autre, les couleurs ont quitté le bal. Pour finir, il ne restait que le gris, gris, gris". Dans cette ascèse des formes et des couleurs il parvint à faire porter par les corps et les visages ce qu’est l’humain, l’extérieur n’étant que le reflet d’un intérieur tourmenté et magnifique.

Francis Ponge (1899-1988)
Poète et écrivain. Obligé de gagner sa vie, il reste en marge du monde littéraire et travaille comme un tâcheron aux éditions Gallimard et aux messageries Hachette. A partir de 1946, il se consacre à son travail d’écriture, résout ses problèmes financiers par un poste de professeur à l’Alliance française, collabore avec ses amis peintres, Dubuffet, Braque, Giacometti, Fautrier. Ses livres, - entre autres - : "Le parti pris des choses", "Le grand recueil", "Le savon", "La fabrique du pré", se situent dans la poésie, les mythologies dans le sens de Roland Barthes, et le travail sur la langue.