Duchamp, Marcel : Anemic Cinema

Noir et Blanc, muet, 7’, 1926
Réalisation : Marcel Duchamp
Avec la participation de : Man Ray, Marc Allegret
Production : Museum of Modern Art/Film Library
Pays : Etats-Unis

Dans les années 20, des dadas, des surréalistes s’intéressent au cinéma parce que c’est un art populaire, jeune, qui n’est pas (rêvent-ils) frelaté, contaminé par les valeurs institutionnelles de l’art. Duchamp, entre sa roue de bicyclette (1913) et ses roto reliefs (1935) qui témoignent de ses recherches sur le mouvement circulaire, s’est amusé avec "anemic cinema" à faire une synesthésie de l’image mouvante, de la spirale et de disques où il a inscrit des aphorismes en forme de jeux de mots. "On demande des moustiques domestiques (demi-stock) pour cure d’azote sur la Côte d’Azur" ou " parmi nos articles de quincaillerie paresseuse nous recommandons le robinet qui s’arrête de couler quand on ne l’écoute pas" ou encore "l’aspirant habite javel et moi j’avais l’habite en spirale". Man Ray qui a participé au film raconte "Je me suis rendu compte que la vitesse était un phénomène purement optique. Duchamp a disposé sur une surface plane des spirales mobiles de façon que quand elles tournent, elles donnent l’impression de la profondeur. Des spirales planes devenaient des entonnoirs. Tout l’art cinétique actuel vient de là". Les 7 minutes d’anemic cinema sont un chef-d’oeuvre de ce qu’on appelait alors "le cinéma pur" c’est-à-dire celui qui transforme les schémas spatiaux traditionnels, qui touche immédiatement le spectateur, permet d’accéder à des zones mystérieuses et s’appuie sur des éléments matériels spécifiques au cinéma.

Man Ray (1890-1976)
"Un américain vient à Paris et lâche la lumière pour l’ombre. Le 14 juillet 1921, un petit bonhomme au visage dur et disgracieux, au regard symétrique et myope débarque au Havre. Il venait de New York, il avait fréquenté les cercles les plus novateurs en matière d’art et de littérature..." Il apportait dans ses malles le meilleur de son oeuvre, des peintures cubo-futuristes et abstraites, des aérographies et tout un bric à brac d’objets hétéroclites. Il rencontre Dada et Duchamp, le surréalisme, il invente, un siècle plus tard ou presque la photographie... celle qui remet en cause toutes les techniques, perce certains mystères de la matière et du réel...

Marcel Duchamp (1887-1968)
Ce fils de notaire normand (il a pour frères le peintre Villon et le sculpteur Villon-Duchamp) a traversé l’art contemporain d’une manière déterminante. Scandale de l’Armory Show, inventeur des ready made, objets d’usage courant qu’il impose comme oeuvre d’art. Après "La Mariée mise à nu par ses célibataires même", définitivement inachevée en 1923, il se consacre à la vie d’un joueur d’échecs professionnel, faisant
"Etant donné" un environnement initiatique, qui se trouve au Musée de Philadelphie. Tout l’art contemporain se réfère à lui où se définit face à lui. Il est le père, l’oncle ou le cousin de l’art ou de la réflexion sur l’art actuel. On peut le prendre comme référence ou cible.