Accueil > Agenda

Cycle Les Midis du Cinéma (Bruxelles)

Un jeudi sur deux, les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique accueillent l’association Les Midis du Cinéma pour 4 séances présentant un film sur l’art en rapport avec l’actualité artistique.
Séances à 11h30, 12h30, 13h30, 14h30.

Sur l’agenda 21 août 2017


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Caravage, dans la splendeur des ombres
    Un film de Jean-Michel Meurice (2015 - 52’)

    Le premier artiste moderne. Une vie brève et violente. Un talent et une célébrité précoces. Une enfance lombarde, dix années de succès à Rome, des commanditaires riches et puissants, un caractère vif et irascible, une attirance pour les bas-fonds et les querelles, toujours armé, plusieurs fois emprisonné, condamné à mort pour meurtre, contraint de fuir de Rome, traqué par la police papale, en cavale à Naples, puis en Sicile et à Malte, il meurt à 39 ans. Selon la légende son cadavre fut abandonné sur une plage, comme celui de Pasolini. De quoi nourrir la légende. Avec le temps, son nom disparut des mémoires. Ses œuvres n’étant pas signées, on lui attribua toutes celles jugées grossières, vulgaires et d’un réalisme de mauvais goût, on attribua les siennes à d’autres. Pendant trois siècles son œuvre fut ainsi démembrée et oubliée. L’œuvre telle qu’on la connaît aujourd’hui est une renaissance, le fruit du travail des historiens. Sur plus de cinq cents œuvres qu’on lui attribuait, trois siècles après sa mort, moins de cinquante étaient réellement autographes. Le film raconte cette histoire et part sur les lieux d’exposition de 22 œuvres majeures à Rome, Malte, Paris, Rouen, Montpellier.

    Un excellent film sur un des plus grands artistes de tous les temps réalisé par un spécialiste du films sur l’art mais aussi un grand peintre et expose à la galerie la Forest Divonne à Bruxelles du 7 septembre au 28 octobre 2017

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Sergueï Chtchoukine, le roman d’un collectionneur
    Un film de Tania Rakhmanova (2016 - 53’)

    Pourquoi le musée de l’Ermitage possède-t-il l’une des plus riches collections d’impressionnistes, de Matisse et de Picasso ?
    Et comment la Russie qui, au début du XXe siècle, restait en retrait sur la scène internationale de l’art a-t-elle donné naissance à des artistes aussi novateurs que Kandinsky ou Malevitch ?
    Grâce, dira notamment ce dernier, à la collection extraordinaire constituée, année après année, de 1898 à 1914, par un marchand moscovite visionnaire, Sergueï Chtchoukine, dont le nom sera pourtant effacé, puis occulté pendant près de soixante-dix ans.
    Passionné d’art moderne, il choque la bonne société prérévolutionnaire en exposant dans son hôtel particulier ses trésors signés Manet puis Gauguin, Picasso (49 toiles au total), Matisse (38 tableaux, dont La danse, composé à sa demande).
    Frappé par des tragédies personnelles (la perte successive de deux de ses fils et de son épouse), puis chassé par la révolution, celui qui fut l’un des mécènes majeurs de son temps disparaît en 1936, dans l’anonymat, à Paris – là même où son nom était célébré, du temps de sa splendeur, dans les milieux d’avant-garde.
    À l’occasion de l’exposition événement que lui consacre la Fondation Louis-Vuitton, à Paris, Tatiana Rakhmanova (Trafic d’art, le grand marchandage) déroule le destin romanesque de cette grande figure oubliée de l’art, avec les bribes qu’ont patiemment retrouvées, une à une, les conservateurs russes et français : photos et correspondances, fragments de journal intime, registres des marchands d’art, récits de ses contemporains.
    Un portrait émouvant, peuplé de chefs-d’œuvre et de fantômes.

    Le film sur la plus extraordinaire des collections venue des musées russes à la Fondation Vuitton à Paris du 22 octobre 2016 au 5 mars 2017

    Musée d’Art Ancien
    3 rue de La Régence
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Magritte, la trahison des images
    Un film de Sylvain Bergère (2016 - 52’)

    Ce documentaire plonge dans l’œuvre de l’un des peintres les plus populaires du XXe siècle. Il donne les clés pour comprendre comment, à partir de symboles parfois très simples, l’artiste belge a construit un langage pictural qui va bien au-delà de la seule étiquette "surréaliste" qui lui est souvent apposée.

    "On se demande souvent ce que cache ma peinture. Rien ! Je peins des images visibles qui évoquent quelque chose d’incompréhensible. Je ne suis pas un symboliste… Mais bien sûr, je ne puis empêcher les gens d’interpréter mes toiles. S’ils préfèrent essayer de traverser les murs plutôt que de passer par la porte, que voulez-vous que j’y fasse ?"
    Ce film s’attachera à la pensée d’un homme qui, parmi d’autres choses s’adonnait à la peinture.
    L’aventure surréaliste de Magritte commence en 1923, lorsqu’il découvre, dans une revue, une reproduction du Chant d’amour de Giorgio de Chirico.
    Pour la première fois, il a le sentiment d’être confronté à une image qui, comme un électroencéphalogramme, est directement branché sur la vie de l’esprit.
    Il dit de ce tableau : "Mes yeux ont vu la pensée pour la première fois."
    Jusque-là, Magritte avait cru que la plus haute ambition de la peinture était de transposer une pensée en image. Chirico lui fait prendre conscience qu’il est possible de "penser en images", de composer, avec des images, l’équivalent même d’une phrase ou d’un texte. Jusqu’à sa dernière œuvre, Magritte sera fidèle à ce choc fondateur : "J’ai compris que j’avais enfin trouvé ce qu’il fallait peindre et je m’y suis tenu. Ma peinture n’a plus changé d’orientation. Mes tableaux sont des pensées visibles. Ces pensées sont formées exclusivement par les figures que le monde m’offre. Ces figures sont réunies dans un ordre qui évoque le mystère."

    Pour accompagner l’exposition "Magritte alive" qui a lieu dans notre musée du 13 octobre 2017 au 18 février 2018 et à l’occasion de la grande rétrospective « René Magritte – La trahison des images », qui se tiendra au Centre Pompidou du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Christo à Paris
    Un film de David Maysles, Albert Maysles,
    Deborah Dickson, Susan Froemke (1990 - 58’)

    De l’art dans la cité comme champs de bataille ! Il aura fallu dix ans de transaction pour que Christo et sa femme Jeanne-Claude obtiennent les autorisations nécessaires à l’emballage du plus vieux pont de Paris, le pont Neuf ! Quelques critiques et beaux esprits viennent prononcer des avis définitifs et, enfin, le bon peuple circule. Il y a les pour et les contre, les admirateurs et les adversaires, bref, c’est la fête et la foire, le lieu de promenade et de palabres. Quelques "zoom" un peu brusques, un bon découpage pour montrer les différents points de vue sur ce travail ont été faits par une équipe de télévision qui connaît l’efficacité de son métier. Un document complet sur un événement qui a été une date importante pour l’art contemporain.

    En regard de l’exposition "Christo et Jeanne-Claude, revealing the city", qui a lieu chez ING Place Royale, du 25 octobre 2017 au 25 janvier 2018

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    21 rue la Boétie
    Un film de Virginie Linhart (2016 - 55’)

    21, rue La Boétie retrace la vie de celui qui fut l’intime de Picasso, Braque, Matisse, Laurencin, Léger et qui contribua à former le goût des Américains pour la peinture moderne.
    Le documentaire s’inspire de l’essai au titre éponyme, rédigé par la journaliste Anne Sinclair, petite fille de Paul Rosenberg. Dans l’entre-deux-guerres, le "21 rue La Boétie" s’impose à Paris comme l’une des galeries d’art parisiennes les plus importantes d’Europe, grâce à l’oeil et au flair légendaires de Paul Rosenberg.
    En juin 1940, la débâcle française face à l’armée du Troisième Reich oblige les Rosenberg à s’exiler à New-York pour fuir l’antisémitisme d’État. Le 21 rue La Boétie, réquisitionné et pillé par l’occupant allemand, devient l’Institut d’Étude des Questions Juives. Cet office autoproclamé "spécialiste de la question juive" est notamment à l’origine de l’exposition "Le Juif et la France", summum de l’antisémitisme public.
    À la fin de la guerre, de retour en France, Paul Rosenberg découvre que la majeure partie de sa collection a été volée par l’ERR, l’état major nazi chargé de confisquer les biens artistiques des juifs. Le marchand consacrera tout le reste de sa vie à rechercher ses 400 tableaux disparus. Si on peut admirer aujourd’hui les chefs-d’oeuvre de la collection Rosenberg, c’est grâce à cette quête incessante qu’il n’interrompit qu’à sa mort.
    À partir d’un long entretien sonore inédit avec Anne Sinclair, le documentaire retrace en images d’archives, au moyen d’illustrations graphiques animées et grâce à de nombreuses photographies, lettres et documents inconnus de la famille Rosenberg, la trajectoire de cet homme d’exception.
    Virginie Linhart tisse ici le récit intime d’une vie marquée par la passion pour l’art et la Grande histoire, dont Paul Rosenberg a été tout à la fois le témoin et la victime.

    À l’occasion de la rétrospective consacrée au marchand d’art français Paul Rosenberg (1881-1956) à Liège en Belgique (novembre 2016 - janvier 2017) puis au musée Maillol à Paris (à partir de mars 2017)

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    David Hockney, les plaisirs de l’œil
    Un film de Gero van Boehm (1996 - 55’)

    Une voix off laisse l’artiste converser face à la caméra dans ses maisons californiennes ou dans les salles d’expositions de Londres, de Rotterdam et de Munich. Il parle de son travail, de sa conception de l’art et de la vie. Il raconte ses amis et évoque pudiquement, son homosexualité, sa surdité, sa relative solitude choisie et assumée. Peu à peu ce portrait se teinte d’une nostalgie des années 60 pleines de fêtes et de rencontres. Mais Hockney, lui, est montré dans toute sa force créative sans cesse renouvelée et dans l’univers tonique et coloré de ses toiles, qui ne parlent que de bonheur.

    Un film pour fêter les 80 ans de David Hockney, le peintre de la joie de vivre, célébré cette année de Londres à Paris et de Venise à Los Angeles en passant par Bilbao.

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Les Enchanteurs
    Un film de Frédéric Laffont (2016 - 52’)

    Chaque soir, le rideau va se lever.
    "C’est l’utopie à laquelle on croit tous ici !".
    Sur scène et derrière, dans les ateliers et les bureaux : plus de quatre cents personnes, visibles ou invisibles, œuvrent à faire de cette utopie une réalité. Ils sont Les Enchanteurs. Qu’est-ce qu’une maison d’opéra ? Qui y travaille et comment ? Quelles sont les liens de La Monnaie de Bruxelles avec la société et les publics ?
    Filmé au fil de deux saisons lyriques, en un temps troublé où la culture ne semble plus une priorité pour l’Europe, Les Enchanteurs défendent une certaine vision du monde et de la société.

    Un merveilleux cadeau de Noël que ce film véritablement enchanteur sur l’Opéra de la Monnaie à Bruxelles.

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    L’Atomium in/out
    Un film de Marie-Françoise Plissart (2006 - 24’)

    L’atome est la plus petite unité de matière, le dénominateur commun de tous les êtres, de tout l’univers. Pour symboliser l’infiniment petit, un monument colossal a été construit. L’Atomium, dont la durée de vie devait être de 6 mois, subit 47 ans plus tard une transformation. Pendant une année, Marie-Françoise Plissart a placé sa caméra au coeur de l’Atomium pour en filmer la mise à nu et la reconstruction. Des hommes minuscules suspendus au Géant d’acier oeuvrent à lui redonner l’éclat des premiers jours. L’atome est la plus petite unité de matière, le dénominateur commun de tous les êtres, de tout l’univers. Pour symboliser l’infiniment petit, un monument colossal a été construit. L’Atomium, dont la durée de vie devait être de 6 mois, subit 47 ans plus tard une transformation. Pendant une année, Marie-Françoise Plissart a placé sa caméra au coeur de l’Atomium pour en filmer la mise à nu et la reconstruction. Des hommes minuscules suspendus au Géant d’acier oeuvrent à lui redonner l’éclat des premiers jours. Depuis sa construction pour l’Expo 58, la fascination que l’Atomium a exercée sur nous n’a pas faibli. Nous levons les yeux et continuons à rêver.

    Bruxelles, rendez-vous des nations
    Un film de Paul Haesaerts (1958 - 26’)

    Visite guidée de l’Expo 58 réalisée par Paul Haesaerts, grand amateur d’art. Le film se focalise sur les éléments typiquement architecturaux qui ont donné à l’Expo 58 un aspect différent de celles qui l’avaient précédée.

    60 ans déjà ! En 1958, Bruxelles a été la capitale du monde

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence 3,
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Jardins, paradis des artistes
    Un film de Stéphane Bergouhnioux (2017 - 52’)

    Le film de Stéphane Bergouhnioux s’offre comme une promenade buissonnière dans les visions luxuriantes de créateurs contemporains. Si les jardins sont éphémères, leurs représentations dans l’art résistent au temps. Rares sont les artistes qui n’ont pas un jour rêvé ce mélange de nature et d’artifice, faisant jaillir de leurs mains des visions à chaque fois uniques. De l’Antiquité à Tim Burton en passant par Fragonard, Monet ou Murakami, l’histoire de l’art est traversée par la beauté, la sensualité, la poésie et le mystère des jardins. Ils sont le cadre et l’incarnation des rêves et des angoisses des artistes, symboles d’une quête existentielle, celle du paradis.

    Le jardin se célèbre telle une œuvre d’art tout au long de l’exposition que lui consacre le Grand Palais à Paris du 15 mars au 24 juillet 2017, en tableaux, fresques, herbiers, objets, photos, voyageant de Pompéi à Monet

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Fernand Léger
    Un film de Jacques Vichet (2014 - 52’)

    Fernand Léger est né à Argentan en Normandie le 4 février 1881. Dès 1900, il s’installe à Paris où il est admis à l’Ecole des Arts Décoratifs. Ses premières peintures sont marquées par l’impressionnisme. Atteint d’une maladie pulmonaire, il part chez un ami en Corse. Ce séjour lui fera découvrir la lumière méditerranéenne. De retour à Paris, en 1907, il rencontre de nombreux peintres, dont Paul Cézanne. Sa mobilisation, en 1914, est une rupture dans son travail. Il se marie et part s’installer à Vernon. Il introduira un nouveau concept à ses oeuvres : les éléments mécaniques, qui lui permettront de rendre compte de la vie moderne ; Les années vingt sont fastes : beaucoup de commandes, de créations et de rencontres. Il travaille même pour le cinéma. Sa première grande exposition à lieu à Chicago en 1935. Dès la déclaration de guerre en 1940, il quitte la France pour New York. Il retrouve ses amis peintres exilés. Cette période américaine est marquée par différentes recherches sur les contrastes.. En 1945, de retour à Paris, il s’inscrit au Parti Communiste français. Il défendra des idées nouvelles comme le nouveau réalisme en Art. Dans cette dernière période de sa vie, il va diversifier son art : fresques, vitraux, décors de théâtre, céramiques, sculptures...

    Pour accompagner l’exposition de Bozar "Fernand Léger, le beau est partout" du 9 février au 3 juin 2018

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    La turbulence Rodin
    Un film de Claire Duguet et Leslie Grunberg (2017 - 52’)

    La place de Rodin dans l’histoire de l’art est unique. Avec des œuvres comme La porte de l’enfer, Le baiser ou son Balzac, éreinté avant d’être encensé, Rodin a fait sortir la sculpture de sa vocation ornementale pour la faire entrer, charnelle et palpitante, dans une nouvelle ère. Grâce à un riche choix d’archives, Claire Duguet retrace son parcours artistique en l’inscrivant dans le formidable bouillonnement (pictural, littéraire, musical, architectural et sociétal) qui traverse la France de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la Belle Époque.

    2017 consacre Auguste Rodin et fête le centenaire de la disparition du père de la sculpture moderne, et notamment au Grand Palais 22 mars au 31 juillet 2017

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles


  • La 39ème saison des Midis du Cinéma propose une année de films sur l’art passionnants à découvrir un jeudi sur deux, au Musée d’Art Ancien à 11h30, 12h30, 13h30 et 14h30 !

    Pétra et les Nabatéens
    Un film de Jacques Vichet (2013 - 52’)
    Pétra, située au cœur d’une vallée bordée par les montagnes, a été occupée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Nabatéens, qui l’ont fait prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l’encens, les épices et autres produits de luxe entre l’Egypte, la Syrie, l’Arabie du Sud et la Méditerranée. Au IVe siècle av. J.-C., la ville s’étend sur plus de 10 km. Le Sîq, défilé long, étroit et sinueux, constitue l’entré de la ville antique. Sa largeur maximum de quelques mètres, avec ses parois de plusieurs dizaines de mètres de hauteur, en font un endroit facile à défendre. La Khazneh, appelée également "trésor du Pharaon", est l’un des bâtiments les plus connus de la cité antique car pendant longtemps les Bédouins, qui ont vécu dans le secteur, ont cru que l’urne funéraire située en haut du bâtiment contenait un important trésor. Représenté par une imposante façade taillée dans le grès et influencé par l’art architectural d’Alexandrie, il serait le tombeau du roi Arétas IV (mort en 40). Le Deir, ou "le monastère", est le bâtiment le plus imposant et sa façade semble liée à un rite funéraire. Une importante urne funéraire a été trouvée à son sommet.

    Une merveilleuse redécouverte d’une civilisation perdue

    Musée d’Art Ancien
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles