L’Art et la Machine

Couleur, 55’, 1977
Réalisation : Adrian Maben
Image : Jean-Pierre Girard, Jean Clave
Son : Michel Pacalin, Michel Demetriades
Montage : Adrian Maben
Musique : Roger Waters, Ron Geesin
Scénario/Commentaire : Alain Jouffroy
Production : RM Productions
Pays : France

Un film thématique qui, de "La Vénus automatique" dont parle Aristote jusqu’à l’esthétique industrielle des fours solaires et des voyages intersidéraux, retrace la fascination des hommes en général et des artistes, en particulier, pour la machine et la mécanique. Alain Jouffroy propose un voyage historique où l’art contemporain se taille la part belle. Vinci, les automates du 18ème, la machinerie de Marly amènent aux machines célibataires de Duchamp, aux sculptures animées de Tinguely, aux compressions de César, aux mouvements de Takis, aux hologrammes, à la musique de néon de Kowalkis. Les oeuvres, les interviews, les bandes d’actualités, les documents industriels se succèdent. Beaucoup de musique, beaucoup de commentaire amènent une certaine théâtralisation qui va à l’encontre de cette utopie : reproduire le mouvement, c’est-à-dire la vie.

Adrian Maben
Le cinéaste a d’abord étudié la biochimie à Oxford, puis les techniques du film à Rome. Il a été critique de cinéma et réalisateur à l’ORTF. En 1974, il réalise son premier long métrage "Pink Floyd à Pompéi" ; suivront "James Brown" et "Frames from the Edge" sur Helmut Newton. Il a fait plus de cent émissions de télévision et des films sur l’art, notamment Magritte et Delvaux, qui lui ont valu des prix et la reconnaissance internationale.