Pignon-Ernest, Ernest : Se torno (Si je reviens)

Couleur, 60’, 2016
Scénario, réalisation, production : Collettivo Sikozel (Luca Avanzini, Matteo Berardone, Federico Cavalleri, Camilla Colzani, Simone Rigamonti, Amandine Robinet)
Mixage : Mattia Cerminara
Etalonnage : Claudio Dozio
Musique Originale : Francesca Badalini

Ernest Pignon-Ernest est l’un des pionniers de l’art urbain international. Dessinateur hors pair, ses images collées sur les murs des villes en révèlent l’histoire et les problématiques contemporaines. En 2015, à l’occasion du 40e anniversaire de l’assassinat de Pasolini, l’artiste entreprend un voyage sur les lieux de la vie, de l’œuvre et de la mort du poète. Qu’avons-nous fait de sa mort ? A Rome, à Matera et à Naples, Ernest Pignon-Ernest interpelle les habitants et les passants en collant sur les murs une image dessinée à la pierre noire, une piéta laïque dans laquelle Pasolini, au regard sévère, porte dans les bras son propre corps sans vie. « Si je reviens » suit le parcours existentiel de cette image, de sa genèse à son insertion dans la réalité quotidienne des villes italiennes. En cela, le film interroge la permanence de la pensée de Pasolini dans l’imaginaire collectif et témoigne du déchirement qu’il suscite encore aujourd’hui, 40 ans après cette nuit du 2 novembre 1975 où il fut assassiné sur une plage à Ostie. Entre fascination et déni, l’image de Pasolini résonne dans les personnes rencontrées comme un avertissement, un rappel à la lucidité et à l’engagement dans nos sociétés.

Ernest Pignon-Ernest
Ernest Pignon-Ernest est un artiste plasticien, né le 8 novembre 1942, à Nice. Il vit et travaille à Paris et à Ivry où il a son atelier. Depuis 1966, il crée des images éphémères sur les murs des grandes villes, qui se font l’écho des événements qui s’y sont déroulés. Il est un des initiateurs, avec Daniel Buren et Gérard Zlotykamien, de l’art urbain en France. Sensible aux injustices, il traite des thèmes comme l’avortement, les expulsés (Paris, 1979), et ou encore le sida.