Servais Raoul : Harpya

Couleurs, 94, 1979

Réalisation : Scénario : Raoul Servais
Animation : Raoul Servais
Décors : Raoul Servais
Musique : Lucien Goethals
Acteurs : Fran Waller Zeper, Will Spoor, Sjoert Schwibethus
Production : Anagram, réalisée avec le concours de la Communauté flamande

« Leurs traits sont d’une vierge ; un instinct dévorant
De leur rapace essaim conduit le vol errant ;
Une horrible maigreur creuse leurs flancs avides,
Qui, toujours s’emplissant, demeurant toujours vides,
Surchargés d’aliments, sans en être nourris,
En un fluide infect en rendent les débris,
Et de l’écoulement de cette lie impure
Empoisonnent les airs, et souillent la verdure. »
Ces vers de Virgile tirés du Chant III de L’Enéide sont une bonne introduction au personnage monstrueux que Raoul Servais a choisi comme élément central et horrifique de ce court-métrage.
Un soir, alors qu’il fait une petite promenade, un homme — gentleman tout droit sorti du début du siècle dernier —, est témoin d’une agression. Il porte secours à ce qu’il croit être la victime et qui s’avère être une créature mi-femme mi-oiseau, la harpie. Intrigué, il la ramène chez lui. Accompagné de l’être mythologique, la vie de notre justicier se transforme vite en cauchemar car la harpie n’est pas seulement menaçante, elle est surtout vorace et rien, rien ne peut calmer son appétit surnaturel. Terrorisé, il s’enfuit dans la rue et croise d’autres figures ailées, une gargouille, un vol d’oiseaux et la harpie elle-même, qu’il finit par agresser à son tour. Puis c’est alors qu’un passant vient la secourir…
Cette parodie de film d’horreur associe prises de vues réelles et animation, un procédé très laborieux avant le numérique. Le film a obtenu la palme d’Or à Cannes en 1979 et est aujourd’hui considéré comme un classique d’animation dans le monde entier.