Vandenberg, Philippe : Kamikaze

Couleurs, 2019, 21’

Réalisation : Neel Cockx & Guillaume Vandenberghe
Scénariste : Peter Verhelst
Image : Johan Legraie
Son : Ingrid Simon
Voix-off : Johan Leysen
Musique originale : Neel Cockx
Casting : Philippe Vandenberg
Production : Savage Film
Coproduction : Eyeworks Film & TV Drama

Philippe Vandenberg est l’un des artistes belges d’après-guerre les plus radicaux. En 2009, il décide de mettre fin à ses jours. Dix ans plus tard, son atelier ouvre à nouveau ses portes. Aux images des toiles et des lieux, les cinéastes superposent celles du visage du peintre qui nous livre, comme à l’image, une pensée en mouvement dans un long plan-séquence. Doutes, échecs, angoisses côtoient la brève et nécessaire libération que procure la création, ce remède qui existe en soi-même.

Philippe Vandenberg (1952-2009)
Jeune, il découvre dans sa ville natale les œuvres de Bosch et Van de Woestijne. Ses premières peintures montrent une grande technique avec des portraits proches de Lucian Freud. Puis, il est marqué par Goya. Dans les années 80, il connait une belle notoriété avec ses grands tableaux expressionnistes et presque matiéristes. Au début des années 90, sa cote retombeet il en est fort affecté. Il ne cesse d’expérimenter : le noir, le monochrome, peindre avec son sang, faire entrer dans la toile des figures, aller et venir de l’abstraction à la figuration, y inclure de plus en plus souvent des textes sous formes d’aphorismes. Dans les années 2000, il retrouve une belle reconnaissance avec, entre autres, sa rétrospective au Muhka, une expo au musée Rimbaud, une autre à Gand en confrontation avec les maîtres anciens, une présence à l’Armory show de New York, etc, jusquà redecndre à nouveau.